LE MORPHORELOOKING® VU PAR UN UN MORPHOPSYCHOLOGUE, MARC DUGAST

"Chacune de nos rides me raconte une histoire, et l’aventure humaine c’est ce qui me passionne. Ce que je retransmets grâce à la morphopsychologie c’est que chaque être est porteur d’un chemin de vie unique. Pour moi, toutes les femmes sont belles parce que leur façon d’être au monde me touche, d’où qu’elles viennent et quoi qu’elles soient. A travers mon travail je leur propose de les remettre sur LEUR chemin en accordant leur paraître avec leur être. Trouver son style à une femme, c’est la remettre dans la lumière, celle qui guide ses pas tous les jours".

Marc Dugast

Le véritable sens d’une démarche de relooking

Le besoin croissant de s’occuper de soi, de trouver des remèdes à son "mal être", par le biais d’une nouvelle coiffure, d’un maquillage ou d’un massage, sont des demandes auxquelles les salons Marc DUGAST n’ont cessé de répondre avec succès, depuis la création de la méthode morphocoiffure®.
En cela, l’enseigne est aujourd’hui un véritable observatoire de l’expression des envies profondes des femmes.
Car enfin, ce que Marc réalise depuis des années, c’est une remise en concordance de l’être avec le paraître, grâce à la morphopsychologie.

Ce que Marc DUGAST nous explique c’est que nous paraissons ce que nous sommes.
Ainsi, tout le travail de morphorelooking® repose sur une définition du sens profond d’une démarche en relooking.
Marc DUGAST l’identifie d’abord comme un "mal de paraître".
En effet, si le vêtement est un marqueur social, un signe d’appartenance à un groupe, il exprime en premier lieu la fonction pour un homme et la volonté de séduire pour une femme. Les problèmes commencent quand on veut être quelqu’un d’autre.

Le besoin de reconnaissance : Etre enfin authentique

Ainsi cette volonté d’être "relookée" semble être partout comprise comme un moyen d’être reconnue, sous le prétexte que "l’habit fait le moine".
Pour Marc DUGAST cette lecture du relooking ne tient pas compte du malaise psychologique qui se cache derrière une telle démarche.
Comment réagir face au sentiment de ne pas être en adéquation avec ce que l’on est profondément ?
Que signifie cette volonté permanente de courir après cette image de soi qui est une autre, qui nous rend inerte devant notre penderie et qui nous pousse à acheter un vêtement que l’on ne mettra pas ?
Etre authentique, relève chaque jour du défi car il nous faut bien souvent se conformer aux tendances, quand ce n’est pas la norme !
La mode dicte sa loi au fil des magazines et nous propose des îcones de la féminité débordantes d’audace et de vitalité.
Ainsi, cette volonté de changer repose d’abord sur ce trop plein de conformité qui nous éloigne chaque jour de ce que nous sommes.
Vouloir être reconnue, c’est pouvoir être authentique, se sentir perçue dans toutes ses nuances, c’est être rapidement comprise dans sa différence, c’est permettre à l’identité de sublimer la fonction.
Grâce à l’approche morphopsychologique, Marc DUGAST nous rend compte de notre identité dans sa globalité, corps, âme et esprit et nous montre le chemin pour se retrouver.

Le Morphorelooking®: La méthode

Tout débute par un entretien individuel avec Marc DUGAST lui-même, où il dresse un portrait morphopsychologique de la (le) client(e) qui servira de guide pour les autres intervenants (coiffeur, maquilleur, styliste…)
En fonction de la forme générale du visage et du corps, et de petits détails qui en font la singularité, il détermine les principaux modes de fonctionnement de l’individu.
Pour Marc DUGAST, c’est bien l’organe qui crée la fonction.
Est-elle plutôt ovale de visage, son corps féminin engendrera un rapport aux autres tout en douceur et en délicatesse. Sélective, par la finesse de ses récepteurs, plutôt introvertie et discrète, sa sensibilité la guidera dans des choix esthétiques très précis.
Le diagnostic s’étoffe également de toutes les nuances définies par la morphopsychologie. Est-elle tonique ? Dans ce cas l’activité physique fait partie de sa nature, au contraire de l’atone qui érigera le farniente en art de vivre.
Ainsi, pour une même famille de physiques il existe toute une série de nuances que maîtrisent Marc DUGAST.

Faire correspondre être et paraître

Le stylisme se portera donc sur des vêtements très féminins, près du corps et plutôt discrets. Tout ce qui rappelle un côté masculin sera à proscrire.
Travaille-t-elle dans un milieu d’hommes ? Son identité de femme devra être mise en avant tout en restant discrète.

Pas question de la transformer en "executive woman", même si c’est un service d’hommes qu’elle dirige !
Son assurance viendra avec l’harmonie qu’elle dégagera. Son autorité naturelle s’appuiera sur sa délicatesse.
Tout l’art du stylisme consistera à lui permettre d’exprimer sa discrétion avec des tons plutôt beiges, marrons, doré, abricot ou mauve.
Le maquillage suivra cette direction avec des tons transparents et naturels. Rien de voyant encore une fois.

Un résultat impressionnant

Après le diagnostic, la coupe, la couleur, le maquillage et les propositions de garde-robe nouvellement adaptée, c’est une autre femme qui apparaît.
Son allure générale est affirmée, elle rayonne, elle sourit, elle est heureuse.
Il y a quelque chose de magique à se retrouver soi, qui continue d’étonner Marc DUGAST.
L’objectif est atteint lorsqu’en quittant le salon, la cliente est encore toute étonnée en remerciant l’équipe. Elle se sent bien, enfin.
Si le point de départ d’une aventure en relooking relève toujours d’une quête de son style, c’est surtout la révélation de ce que l’on est vraiment qui nous marque le plus.
Ce que l’on sent, ce que l’on le devine, ce que l’on perçoit , c’est Marc qui nous le montre du doigt......
.